Gurian-Consulting Service de presse - 2018-09-06

La Géorgie, un pays hors du temps

pict_La Géorgie, un pays hors du temps

Nomade français d'aujourd'hui, Nicolas Pernot est un aventurier, photographe et conférencier. Pour lui, en tant que voyageur invétéré, s'aventurer n'est pas se contenter de routes touristiques "classiques". La vraie aventure, c'est plutôt de rencontrer des gens et de vivre parmi les autochtones, c'est-à-dire de vraiment ressentir l'environnement. C'est pourquoi, depuis 13 ans, il vit à Douchabe, la capitale du Tadjikistan, et a fait le tour de la Sibérie et du lac Baïkal. Aujourd'hui, il est en Géorgie, un pays dont il est tombé amoureux, et il va bientôt sortir le fruit de sa passion : un livre photo et un documentaire sur la Géorgie, ce "Pays en dehors du temps".

Pourquoi la Géorgie ?

Tout d'abord, rien d'original : les gens sont très sympathiques. Mais il y a autre chose. La Géorgie est un paradis, celui de mon enfance. Cela me rappelle le style de vie que nous avons perdu en France. J'ai grandi dans un village et ce que j'aime ici, c'est la vie quotidienne du village : le village produit ce que vous mangez, des légumes, du miel, du pain. Tout le monde se connaît. Mais en fait, je suis venu ici parce que les gens des pays post-soviétiques me recommandaient souvent la Géorgie. Et ils avaient raison. Ce pays est étonnant, il a son propre alphabet et sa propre langue, la plus ancienne tradition viticole, la polyphonie... ! Et je voulais le partager à travers mon travail.

Comment définissez-vous votre travail ?

Je voulais m'occuper du pittoresque et ce qui relève du vraiment "spécial" en Géorgie. Par exemple, l'hospitalité géorgienne. Dans un village que j'ai visité, un homme m'a invité à un "supra", cette grande fête qui rassemble les gens autour d'un banquet. Il m'a dit : "Tu es l'invité, envoyé par Dieu." A ce moment-là, j'ai compris que j'étais à la frontière entre l'Ouest et l'Est. L'hospitalité géorgienne est un élément clé de mon travail. Je me souviens qu'un maraîcher m'a offert une pastèque et quelques semaines plus tard, l'ancien premier ministre m'a souhaité du succès  lors d'un toast  pendant un événement local. 

Il n'y a rien de superficiel dans mon travail. Non seulement mes images capturent la vie, mais elles la vivent comme le "supra", aussi étrange que cela puisse paraître.

L'esprit de la Géorgie n'est pas seulement dans les images mais aussi dans les bande sonores que j'ai enregistrées. La Géorgie c'est un immense répertoire de chansons traditionnelles et polyphoniques. C'est absolument fabuleu. 

Comment est la Géorgie que vous décrivez dans votre livre ?

Elle est vraie ! J'ai essayé de capturer toutes les régions du pays, y compris la Géorgie qui est en train de disparaître.  Il faut voir mon travail comme un témoignage des traditions. Par exemple, en Svanetie, j'ai eu l'occasion de capter le mélange entre religion et paganisme lors de rituels, une sorte de syncrétisme. 

Si je devais vous raconter tous les sujets de mes photos, nous serions ici toute la journée, mais une partie est consacrée à l'Abkhazie, une des plus belles régions de Géorgie. Il y a aussi quelques photos du "Manhattan médiéval", Ushguli. C'est incroyable, l'endroit avait plus de 100 tours au 11-12ème siècle. C'était un endroit très important et animé avant. Vous verrez aussi l'endroit où les Géorgiens sont devenus les maîtres de la métallurgie, où les armes en fer ont été vues à l'époque comme les armes nucléaires le sont aujourd'hui ! Transhumances, et les Tours Tusheti, les sentinelles du Caucase, etc. tout ce que vous voulez voir sur le pays. Une grande partie du livre est liée aux rituels et à la vie quotidienne. Normalement, c'est très difficile, voire impossible, mais j'ai obtenu la permission de capturer des funérailles en Svanetie. C'est unique

Quels sont les meilleurs souvenirs de votre voyage en Géorgie ?

J'ai vraiment aimé le temps passé en Svanetie. Pourquoi ? Je préfère peut-être les tours en pierre des Svanes aux tours en béton de Batumi. Mais il y a beaucoup à voir en Géorgie. Les paysages géorgiens sont un honneur pour nos yeux. L'un des "plus grands côtés notre petite terre", mais pas le seul. En définitive, j'ai essayé de montrer la "plus grande des petites terres". La Géorgie est géographiquement petite, mais culturellement immense.

http://investments-in-georgia.com - 94